jeudi 1 juillet 2010

La sandale artisanale , ou la sandale gréco-romaine .











Depuis longtemps sous des climats chauds, on a l'habitude de dénuder au maximum ses pieds et de porter les accessoires les plus souples et les plus légers possible
.
Remises aux goûts du jours dans les années 20, la légende mais c'est peut être la vérité, veut qu'un tisserand de retour de vacances d'italie, demande à un cordonnier tropézien ( M Robert ) des sandales inspirées des statues romaines " j'ai le plaisir de servir à l'atelier ses descendants "
Apparemment la mode à fait des émules , puisque de nos jours cette grande mode perdure. Dans ce petit village qui nous intéresse Saint Tropez, il faut dire que certainement beaucoup de célébrités ont contribuées à ce phénomène, Colette, Jean cocteau, René Clair, Marlène Dietrich, Brigitte Bardot Etc, Et même parait il des célébrités Politiques, Femme de Président.
Si certains se " battent " pour la paternité de ces sandales, ou du moins son renouveau, sa naissance remonte pratiquement à la nuit temps .
J'emploi toujours le terme de sandales " tropézienne " que tout le monde connait, celui ce est certainement un nom déposé ? Quelqu'un connait peut être la réponse.
La fabrication, les matières, les modèles, tout cela ouvre, de très grandes pssibilités et diversités.

LA FABRICATION :
elle peut être industrielles ou artisanale, dans le cas qui nous préoccupe nous resterons sur la deuxième éventualité.
Dans nos régions, il y a quelques temps, beaucoup de petites échoppes pratiquaient ce genres de travaux réservés à leurs clients propres, mais aussi pour des boutiques, des chausseurs, qui revendaient ainsi un produit de grande qualité artisanale.
Je pense que maintenant ce nombre d'artisans doit être très réduit
.
LE MONTAGE :
Ce dernier dit de Sandales encastrées, ou mortaisé, il est donc sans coutures, il peut être comme décrit plus bas, cousu en sandalette,
http://tictac-cordonnier.blogspot.fr/2009/10/autre-montage-le-sandalette.html
http://tictac-cordonnier.blogspot.fr/2009/09/norvegien-ou-sandalette.html
ou en petit points.
Il se fait normalement sur forme à monter, des formes particulières, puisque elles comportent un évidement pour le passage de l'entre doigt, elles peuvent aussi servir pour faire du " neuf " pour des chaussures traditionnelles.
On peut également les monter aux pieds de chaque client, prendre les mesures de chaque brides, au pied du client ou de la cliente, ainsi c'est du mesure que l'on a.
Mais cela permet facilement tout, à des clients ayant des pied fins, gros, avec des déformations et/ou des handicaps, de se chausser à prix modiques, par rapport à des souliers sur mesures ou orthopédiques.
http://tictac-cordonnier.blogspot.fr/2011/11/handicap-difference-de-longueur-de.html

LES MODÈLES :
Là vraiment, ils sont légions, si nous connaissons particulièrement celles à cinq brides de tenue pour l'avant du pied, souvent aussi à quatre, avec des largeurs différentes , à noter que la dernière bride comporte une incision pour le passage et la tenue de la lanière arrière.
Au début de ma fabrication, je faisais tous les modèles que les clients voulaient, leurs désirs, leurs improvisations, la copies de ceux qui leurs plaisaient, j'ai fait ansi très longtemps, pour ne plus monter que le modèle décrit, la demande devenait délirante.
il y a intérêt à la faire cette incision assez haute , ce qui permet la meilleur position et tenue de cette sangle arrière, qui a toujours tendance à descendre.
Il faut toujours tenir compte dans l'achat de chaussures , particulièrement de femmes qu'une bride arrière positionnée à partir de la première de montage, ne tiendra pratiquement jamais, il faut toujours que le positionnement soit toujours fait le plus haut possible.
Ils sont avec ou sans entre doigt, à bride arrière pour le talon, avec boucle pour un réglage simple et facile.
Sans, je ne vois que le coté esthétique, autrement ? mais des sandales existent ou le laçage passe sous la première de montage, non collée pour coulisser, et venir se lacer autour de la cheville ou du mollet, bref un très grand nombre incalculable de façons et de manières.

LA BOUCLE :
Sans parler de l'aspect esthétique, elle permet un réglage ou bout de quelques jours de port, et dans le temps, sans démontage ultérieur de la bride arrière, souvent important dans le cas d'un montage cousu.

L'ENTRE DOIGT :
Normalement si une gène légère est constatée, au début , elle disparaît rapidement ou bout de quelques heures de port, pourtant des clients n'en veulent pas, il faut faire un montage sans ce dernier, la tenue est dans ce cas est un peu moindre, et le loock en est un peu altéré.

LES MATIÈRES : La première de montage est toujours en cuir, en collet végétal cylindré ou cylindré ferme pour bien sur plus de dureté, mais je n'en vois pas la nécessité pour ce genre de fabrications qui je le répète, est recherché pour sa souplesse et sa légèreté.
La première comporte également les trous, mortaises, pour le passage des brides.
Ces dernières peuvent être en cuir ou en peausseries, il existe du cuir appelé le SUPORTLO, une sorte de collet, mais en plus souple, tanné au chrome, mais doublement nourrit au tannage, à l'huile.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2009/11/le-tannage-les-procedes-de-preparation.html 

Comme son nom l'indique il résiste particulièrement bien à l'eau, mais aussi à de multiples autres agressions, et surtout très bien à la transpiration.
En peausseries, l'artisan découpe des lanières triplées et doublées, ensuite cousues de toutes les couleurs, avec un mélange et mariage du plus bel effet. de qualité et de provenances différentes.






LES BRIDES :
En cas de collage uniquement, elles sont recourbée sur la première de montage vers l'intérieur, puis collées .
En cas de coutures, elles peuvent bien sur être retournées vers l'intérieur , mais l'idéal est de les retourner vers l'extérieur, collée et cousues en même temps avec le petit point, un peu comme le serait un montage sandalette.

LA SEMELLE D' USURE :
Elle peut être en airlite, en cahoutchouc, en cuir, collée, cousue en petits points, sous rainette, incision, ou gravurage traditionnel.

LE TALON :
En airlite, cahoutchouc, cuir, rug, crêpex etc, tout est possible,toujours très bas, un sous bout au maximum, mis à part des demandes spéciales en orthopédie, pour du handicap.
Le choix du cuir, ou du cahoutchouc est le résultat de discussion avec le client.
Il faut pourtant savoir que ce genre de fabrication est faite pour la légèreté, la souplesse.
Un semellage en cuir collé et cousu sous gravurage, en cahoutchouc enlève pour moi, tous ces avantages, on à l'impression d'avoir " des sabots aux pieds et non des sandales " par rapport au montage en airlite simplement collé, je sais l'éthique! c'est du moins l'avis modeste et sans valeur d'un petit artisan cordonnier.

Le confort :
En cas de gène de l'entredoigt, de brides montées ( ce qui il est préférable ), serrées, il est très facile d'y remédier.
http://tictac-cordonnier.blogspot.fr/2009/10/chaussures-trop-petites-neuves-pieds.html

LA LONGEVITE :
Entre quatre à six ans, selon l'utilisation et la périodicité, autrement une dizaine d'années.
Cambrion : à ma connaissance, jamais.

Réparation :
Tout est possible, semellage, talon, en cuir, cahoutchouc, airlite. Protection pour toutes ces matières en patins élysée ou autres.

Réparation des brides cassées :
Par des pièces ou par changement .
A noter que en cas de boucles , la chape ou le rivet rouille souvent à cause de la transpiration, ainsi que l'endroit du cuir ou est posé le rivet.
Il est bien entendu possible de remédier facilement à tout cela. Il n'y a pas quoi qu'on en pense, de saison pour vendre ce genre de sandales.
Si les mois d'été sont favorables, on en vend toute l'année. Si elles sont un peu vieilles comme le monde, elles dureront je crois, le temps que durera celui ci.
Les hommes , mais particulièrement les femmes, les portent avec le plus grand chic avec certaines tenues et robes légères.
Je pense avoir fait un tour général du sujet , mais il est évident que comme d'habitude j'en ai oublier, que l'on me pardonne.
Amicalement,
tictac le besogneux

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire