vendredi 10 avril 2015

Poignées, valises, porte document, cartable, sac.

Bonjour,

Lorsque l'on désire étendre et diversifier ses activités artisanales, pour le cordonnier, le bottier je pense tout naturellement à la 
SELLERIE




MAROQUINERIE



la BAGAGERIE




Pour ce qui concerne le cuir, sans parler des activités annexes liées au CAP de cordonnier multiservices, clés, tampons gravures, cartes de visites, etc...
Les raisons de ces désirs peuvent être multiples. Élargir ses activités pour augmenter les recettes nécessaires à notre survie, satisfaire les SAV, le plaisir de TOUCHER UN PEU A TOUT



SAVOIR TOUT FAIRE



Couper la ROUTINE



des REPARATIONS




Des CHAUSSURES






Par contre il faut un stock important, de cuirs, croûtes, basanes, collets, peausseries, etc...Le plus important.
Un lot impressionnant de petites choses, qu'elles soient :
Métalliques, plastiques, ou autres, visseries ( différentes de celle de bricolage ) rondelles, rivets, oeillets, tubulaires, fendus, pressions, dés, tic-tuck, doublures, tissus, auto collantes, etc...
Fermoirs à clé, pression, magnétique, escalier, etc....
Des brides, lanières, sangles, cuir, tissus, synthétique, de toutes les largeurs de toutes les couleurs.
Les boucles, ceinture, bride, simple et double ardillon,etc...ceux qui travaillent dans ces domaines connaissent la grande diversité. Heureusement dans ces domaines les catalogues importants de fournisseurs nous permettent de trouver pratiquement tout.



Et ce qui nous intéresse un peu aujourd'hui les poignées, valises, cartables, serviettes, coulissantes, rentrantes, à bascules, ou normales, là tout est différent, les usines ne veulent pratiquement plus fabriquer selon nos désirs et nos exigences.



Selon le cas, plusieurs solutions, la REPARATION




 la pièce en remplacement n'existe pas d'usine, on la reproduit le plus exactement possible à L'IDENTIQUE



Elle existe, on la choisit la plus approchante possible. Il faut aussi parler des modifications et transformations obligatoires, faites sur toutes les parties métalliques et plastiques et les pièces cuirs d'origine

Les nouveaux arrivants seront les plus mal lotis, les vieux routards comme moi, auront, acheté, racheté, stocké, cherché, fouiné, et constitué un volume si important qu'il durera au delà de leurs vies pour le plus grand bonheur de leurs successeurs " s'ils en existent "

J'ai vu des réalisations d'amateurs époustouflantes, en vêtements, selleries, bagageries, maroquineries, des cuirs repoussés de toutes beautés, je n'ai jamais vu d'amateurs me présenter des chaussures, faites par leurs soins.

J'ai toujours pratiqué la fabrication ou la réparation dans ces domaines. Bien que ce soient des grands métiers à part entière, à tous âges, sans apprentissage, les individus habiles et manuels peuvent accéder à certaines réalisations.
Des clients à l'atelier m'apportent leurs réparations merveilleuses dignes d'embauches. Navigant sur les forums je vois dans ces domaines des réalisations à faire pâlir d'envie les professionnels les plus aguerris alors que certains métiers du cuir comme bottier à l'inverse de l'approche de toutes ces disciplines pour moi ne s'improvise pas
Peut être ai je tort, mais demandez à un amateur de faire un costume sur mesure ! une selle, de faire des chaussures sur mesure, etc... !

Sur ce bagage ancien, la poignée est à changer, pas de problème nous trouverons toujours dans le stock, quelque chose d'approchant.
La refaire est possible comme tout est possible lorsque le client accepte de payer cet adjectif, mais c'est une autre musique et l'industrie nous propose ses merveilles de fabrications.
Pour les COUTURES de ces bagages anciens avec passepoil / liseret en jointage simple puis retournées, c'est une AUTRE HISTOIRE !!







La poignée déchirée, et celle de remplacement.





Trouvée dans ce stock, il ne représente qu'une petite partie de ce que nous possédons.





Les dés d'origines anciens en laiton sont démontés pour être remis en place, ceux modernes sont de piètre qualité à côté.





Un peu de crème va donner un coloris approchant le temps et l'usage feront leurs patines naturelles.




Le client désire apparemment conserver son bagage nous lui avons conseillé un
ENTRETIEN approprié, sinon les coutures en retournées vont lâcher.




Le client devrait être satisfait, puisque c'est lui qui a fait ce choix.

Très amicalement,
Tictac la besogneux


5 commentaires:

  1. Bénédicte Magnin-Robert, Tresseuse21 mars 2015 à 02:05

    Bonjour Tictac,

    Merci pour ce blog très professionnel qui donne envie de travailler !
    Je suis vannière, je fais une ligne de bagagerie en tressage et finition en cuir (poignée...).
    J'utilise pour cela du cuir coloris naturel, non teinté. Comment entretient-on ce cuir et comment le nettoyer ? (tâche tenaces de crottes de mouches ?). J'essaie de protéger les articles au maximum, mais cela ne suffit pas toujours ... Je vous remercie pour votre réponse, (je cherche aussi dans les archives de votre blog).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Bénédicte,
      Je suis allé faire un long tour sur " vos " blogs. Je l'ai mis en favoris, j'y retournerais une visite ne peut suffire, tant il est intéressant, complet, muitiples dans les domaines avec son " agencement et vos réalisations merveilleuses. J'apprends tous les jours avec les contacts merveilleux, enrichissants du blog.
      Vous avez d'ailleurs un peu tout dit sur le cuir naturel, sa particularité de foncer à la lumière.
      Pour en revenir à votre demande, ces cuirs naturels en procédé de tannage végétal, sont sensibles à la lumière, aux taches de toutes les origines, particulièrement celles d'eau.
      Voici le lien des sujets que j'ai regoupé sur l'entretien, faites en un copier : coller, vous y trouverez peut être quelques indications.

      http://tictac-cordonnier.blogspot.fr/2012/01/l-entretien-regroupement.html

      La protection des ces cuirs en prévention se fait ( AMHA ) par
      l'inperméabilisation qui conserve les finitions exactes des cuirs quel que soit leurs fragilités.
      Il existent aussi des bombes de " teintures / vernis " incolores qui font une pellicule de protection très efficaces.
      Pour l'entretien, des crèmes incolores / naturelles, celles incolores seront souvent merveilleuses pour le nettoyage.
      Un cran au dessus, les préparatuers de teinture, l'acétone.
      Sachant qu'il faut impérativement dans tous ces cas faires des essais préalables dans chaque utilisations,
      En espérant que ces petites indications vous serviront utilement.
      Très amicalement à vous,
      Jean

      Supprimer
    2. Bénédicte Magnin-Robert, Tresseuse22 mars 2015 à 07:09

      Bonjour Jean,
      Merci pour votre réponse, (et vos compliments!).
      voila où j'en suis de mes recherches spéciales "crottes de mouche" :
      - savon pour cuir du droguiste : ne détache pas ces salissures, et fonce le cuir.
      - acétone : ne modifie pas l'aspect du cuir (un peu de dessèchement), mais ne détache pas.
      - Je vais essayer à l'ammoniaque, je crois que c'est un bon détachant des taches organiques.
      - ou tout simplement en gamme pro : nettoyant, détachant, voire décapant comme vous me le conseillez.
      J'espère ne pas avoir à changer les bandoulières tachés...
      Pour protéger, un imperméabilisant type Famaco, Saphir, peut suffire ? ou bien carrément un vernis de protection (tenax saphir)?
      Bon je vous tiens au courant des résultats,
      et je continue de lire vos archives avec grand plaisir.

      Bénédicte

      Supprimer
  2. beaulieujacques@orange.fr11 septembre 2015 à 00:29

    Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer