lundi 2 janvier 2012

Entretien de l'intérieur des chaussures. " Les doublures ".

Bonjour,

Aujourd'hui, c'est une action qui n'est pas régulièrement faite au magasin.
Tous ressemelages qui passent à l'atelier, voient la tige des souliers systématiquement entretenue, pour l'intérieur c'est une autre histoire.
Ce n'est jamais une demande des clients, ou très très rarement, mais un conseil du cordonnier face à des demandes d'inconfort, de réparations qui seraient évitées, pour le moins largement retardées si le sujet de ce message, l'entretien de l'intérieur des souliers était pratiqué.
http://tictac-cordonnier.blogspot.fr/2012/01/l-entretien-regroupement.html

Avec cette précaution, glissoires,
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2010/04/refaire-les-glissoires.html
déchirures, usure,  coutures, ( oreilles ) des pièces, ( bout dur, brides des boucles, passage des lacets aux garants, côté extérieur aux petits doigts de pieds, etc...) inconfort et douleurs dues aux déchirures, à l'assèchement, aux déformations, seraient évités.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2010/06/dans-la-serie-piece-collee-en-applique.html

Cet entretien avait été évoqué ici, pour l"intérieur des souliers en toile, c'est beaucoup plus facile.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2009/08/la-question-posee-dans-une-autre.html
Pour les peausseries, c'est surtout long et salissant, il vaut mieux pour plusieurs raisons, retrousser ses manches.

On peut nourrir toutes ces peausseries aux lait, crème incolore, très nourrissants avec le seul ennui de décoloration moins important à cette endroit.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2009/09/creme-cirage-lait-creme-essentielle.html





On peut au contraire relever, soutenir le coloris des fabrications modernes, des nuances les plus inattendues, avec les crèmes modernes, de toutes les couleurs ( sans décoloration, sans dégorgement ) du plus bel effet.





Je pense que le meilleur moyen est d'écarter brosses, chiffon, etc..se servir de ses doigts pour la meilleure sensation,  facilité, l'accès pour le parfait passage des crèmes.

Avant toutes choses bien nettoyer l'intérieur de la chaussure. Dans tous les interstices tout autour de la première de montage à sa jonction avec la doublure, particulièrement sous les rebords de la première peau  au contrefort, au bout s'agglomèrent tous les résidus des fibres des chaussettes.
Le meilleur moyen, le plus efficace pour les enlever est la soufflette.




La fréquence.
Si certains amateur connaissent et  utilisent  cette méthode, le client lambda, est totalement ignorant de cette prévention.
Avec un port, une utilisation normale, pas plus d'une journée sur trois, mise des souliers avec chausse pied, mise sous embauchoirs, entretien, etc...une fois tous les six mois, est fastueux, mais une fois par an est déjà merveilleux, sachant que la majorité des souliers passeront une vie écourtée, sans aucun entretien d'intérieur.
La vue, le toucher, les sensations douleurs sont des éléments d'indication de la nécessité de cette prévention.
Les souliers de ville comme ceux de marche, de sport au retour d'une sortie particulièrement douloureuse, pluie, orage, intempéries, après le temps de séchage nécessaire, peuvent faire l'objet de cette attention.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2009/08/chaussures-mouillees-comment-les-faire.html

En fin de parcours, le passage du gant à briller ou du chiffon est possible, mais laisser les chaussettes faire leur oeuvre est une bonne solution.




Choisir sa marque, sa crème, son lait incolore, sa crème au bon coloris, à l'exclusion des cirages réservés à d'autres actions de patines et de glaçages.





D'une manière générale l'emplacement d'origine des glissoires, ( contrefort ) est collé et cousu, côté fleur, chair apparente pour la retenue à la marche, mais ce n'est pas cependant une généralité.

On se rend compte ici que la doublure cousue à l'envers, s'apparente à une finition, daim, veau velours, nubuck, bien que des produits spécifiques existent pour leur entretien, une crème traditionnelle pour les cuirs lisses ou graînés, chaussure, vêtement, ameublement, fait merveilleusement bien l'affaire pour les nourrir. Avec pour seul " inconvénient " le changement radical d'aspect.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2009/09/daim-veau-velour-nubuck-entretien-trucs.html

Les doublures sont montées en trois parties, avec des coutures de tenue, à l'emplacement des contreforts, des oreilles.
Il existe des endroits de souffrance et d'usure, insister à ces endroits pour nourrir peausseries et coutures est très important.
Sur cette photo, on voit très bien la peausserie côté chair, agressée par les utilisations successives.




Le passage de la crème.




D'une manière très généreuse.




va immédiatement changer l'aspect du glissoire, par rapport à celui en attente.




Pour un entretien extérieur,
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2011/01/de-lentretient-en-general-de-la.html
intérieur, il est impératif de défaire les lacets, désolidariser la ou les boucles, pour l'accès parfait à la languette, dessus dessous, les oreilles,  dessus dessous, les plis d'aisance de limite de soutien des coutures des oreilles.





La vision des craquellements à certains endroits est une indication de l'utilité de la fréquence des entretiens.
Les premières peaux entières, trois quart, demies premières, laissant libre et visible la première de montage, seront TRAITEES OU CHANGEES ainsi que celle de montage.
Pour les marques, creux et bosses, empreintes du pieds provoquées par la marche, elles seront enlevées différemment par le cordonnier.




Que les souliers soient à lacets ou à boucles, passer généreusement de la crème sous les garants, d'un côté.






On en profitera pour passer sans retenue la crème sous la couture des oreilles. Un des endroits les plus sollicités de la chaussure.






De l'autre.




Insister généreusement sous le passage des brides des boucles, du passage des lacets
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2011/07/dans-la-serie-pieces-aujourdhui-au.html
emplacements critiques, de traction, de verrouillage, de rouille, ( transpiration et intempéries ).
Les boucles à rouleaux sont préconisées pour la facilité de la fermeture sans usure du dessus des brides.




Ne reste plus que la livraison, la satisfaction de la clientèle. Mais cette action très rare de l'atelier est réservée en complément de réparations, de demandes particulières, pour la satisfaction de l'artisan qui désire conserver ses chaussures dans le meilleur état, le plus longtemps possible sans intervention sur ses souliers.
Ce n'est pas toujours le cordonnier le plus mal chaussé.

très amicalement,
Tictac le besogneux

5 commentaires:

  1. bonjour,
    je voudrais savoir s'il était possible d'acheter de l'"airlite" en tant que particulier.
    je fais des ballerines que je porte à l'intérieur et je me disais qu'en collant une semelle en caoutchouc, je pourrais les mettre à l'extérieur...
    Cordialement..

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir,

    Acheter de l'airlite, pourquoi pas. Le seul inconvénient est dans la réponse que j'avais faite sur un autre support, l'amateur pensait que les cordonnier " verrouillaient " la vente des matières premières aux particuliers.
    Très amicalement
    Bonjour,

    Les cordonniers n'ont rien verrouilé du tout. Ils le voudraient qu'ils ne le pourraient pas !

    Les matières premières sont simplement en vente chez nos fournisseurs, les crépins. Maintenant ces derniers sont libres de vendre ou pas aux amateurs, les seuls ostacles, sont les quantités.

    Les semelles, les talons, les bonbouts aiguilles, toutes les matières premières, sont simplement vendus par au moins dix paires à la pointure, et au modèle, certains par boite de cinquante ou cent.

    Autrement à la plaque, 90 x 60 cms, caoutchouc, ailite, etc...au croupon, au collet, etc...

    les pointes, les protecteurs, etc...au kilo.

    Les accesoires, cirages, crèmes, etc...à la boite ou au carton.

    Les teintures, apprêts, déforme, etc...au litre.

    Certains cordonniers (importants) écartent les intermédiaires, pour aller directement vers les tanneries, les usines, les fabricants d'accessoires, (cirages, crèmes, embauchoirs, etc...) qui imposent des quantités encore plus importantes, celles de nos intermédiaires, les crépins.

    Achetez dans ces quantités et vous serez pris en considération, autrement les grandes surfaces, les magasins de bricolages, vendent à l'unité les produit, avec des prix en conséquence, et totalement différent en qualité.

    Les crépins et les usines ne sont pas là pour s'amuser, leurs hangars, entrepots, magasins, ne sont pas des espaces de vente normaux réservés aux amateurs.

    A l'inverse de toutes les normes du commerce traditionnel ou pour moi la première attitude est accueil, conseils, discussions, démontrations, avantages / inconvénients, de l'artisan / commerçant, ici sans que ce soit une généralité, c'est plutôt l'opposé, le client (en sait plus que le vendeur) impose ses désirs, et ses exigeances.

    PS, j'allais oublier, nos rapports commerciaux se font exclusivement, catalogues, représentants, nouveautés, téléphone, fax, mails, / livreurs, transporteurs / lcr, chèques, virements, prélèvements.

    très amicalement

    RépondreSupprimer
  3. Les schmoove sont le fruit d’un croisement entre les sneakers et les derbys : des modèles originaux qui plairont à tous les pieds.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour

    Je vous contacte au sujet de la chaussure Clarks Desertboot que je viens de m'acheter.
    J'ai un ami qui les a et donc je m'en suis acheté une paire car c'est une remarquable chaussure.
    Seulement voila, quand je les ai acheté au magasin ça allait bien tant au niveau de la longueur que sur le confort, mais après avoir marché pendant une journée avec j'ai attrapé des cloques au niveau du bas des talons, du fait que la chaussure me brûle, et sont donc inconfortables au niveau des contreforts.
    Je ne peux en profiter et ça me désole.
    Je fais du 43, parfois 44, cette chaussure est en taille 43, apparemment elle serait un peu grande, alors que je n'ai jamais porté de 42.
    Pouvez vous me donner des conseils afin de pouvoir les porter sans douleur car je ne sais pas quoi faire à part un tour chez le cordonnier?
    Bien cordialement.
    Maxime.

    Mail: simplicious@laposte.net

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    Et bien vous avez raison, faire un tour chez le cordonnier est certainement la première et la meilleure chose à faire.
    Ma dernière réponse faite à une lectrice, du blog sur ce commentaire, est " bonne " pour votre soucis, en tenant surtout compte qu'il ne faut jamais insister sur les ports des chaussures en cas de douleurs.

    http://tictac-cordonnier.blogspot.fr/2009/10/chaussures-trop-petites-neuves-pieds.html

    Surtout que dans tous les procédés de montage, le sandalette de ces Clarks est celui qui apporte le plus au confort, j'en parle dans ce message.
    Les liens étant inactifs, faites un copier/coller.

    http://tictac-cordonnier.blogspot.fr/2009/10/autre-montage-le-sandalette.html

    En espérant que ma réponse vous aidera.
    Très amicalement.

    RépondreSupprimer