vendredi 10 février 2012

Parer, refendre, amincir, biseauter. les cuirs et les peausseries.............................................................. Comment .....Pourquoi ..... Avec quoi ..... Sur quoi.

bonjour,


Tous les jours à l'atelier pour des raisons et des nécessités multiples, l'artisan cordonnier, bottier, mais tous les autres métiers du cuir, parent, les cuir et les peausseries ainsi que d'autres matériaux, avec selon les particularités et les métiers, des outils tranchants de coupe différents.


Il existe plusieurs sortes de parage et d'amincis, plusieurs façons et manières de faire. Ces travaux peuvent être effectués mécaniquement ou manuellement.
Alors qu'il existe des machines outils importantes dans l'industrie pour la refente et le parage, des petites machines comparables sont accessibles dans l'atelier de l'artisan, mais d'une présence très rare.


Nous avons cette machine outil à l'atelier, certainement à tort, nous ne nous en servons jamais.
Si elle excelle dans la préparation des différentes parties de la chaussure en en fabrication artisanale du neuf ou du mesure, chez les crêpins pour la préparation des pièces, des glissoires, etc...
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2009/08/la-la-pre-decoupe-poste-important-dans.html
je trouve que pour les travaux en réparation de cordonnerie, elle à ses limites. pour moi l'aminci n'est pas assez, aussi fin que celui pratiqué au tranchet. 
Tous les accessoires qui nous sont livrés aminci d'usine sont repris par nos soins au tranchet pour un aminci qui correspond à nos désirs.




Il faut parler également des différences en qualité de parage selon la texture des peausseries, box scalf, porc, agneau, chèvre, veau velours, nubuck, vernis, etc...sans parler des synthétiques, alors que l'artisan au tranchet affine, peaufine son travail en fonction des difficultés, pour le meilleur résultat.






                                            


 Nous allons parler ici de ce qui nous intéresse, le travail manuel, mais aussi le parage, l' aminci, la refente, le biseautage, avec les machines outils, des outils disponibles à l'atelier.
Le parage selon les désirs esthétiques ou les obligations sera pratiqué tout autour ou en partie, de la pièce, du morceau, de la partie, etc...
Pour ce qui ne nous concerne pas aujourd' hui,quelquefois sans aminci du tout, collées, souvent collées / piquées, pour une obligation esthétique.


                                                           



                                                             


Le dictionnaire pour le verbe parer, nous parle d'ornement, de préparation, mais pas dans le sens de l' aminci, sans référence au cuir.
Refendre :
On retrouve dans ce terme la notion d' affiner, de rendre plus mince, de donner l' épaisseur désirée, mais sur toute une surface.
Amincir : De rendre plus mince, affiner, diminuer, amenuiser, amaigrir. Plutôt dans le sens de la refente, que dans celui du parage, du biseautage.
biseauter :
Tailler obliquement. On retrouve dans cette définition la notion du parage..
Parer :
Pour moi, dans ma petite tête de cordonnier, correspond à un aminci en oblique, de largeur différente selon les désirs et les besoins, du plus épais pour aller vers une finesse la plus extrême possible. 
Alors que dans toutes les autres définitions, rien n'impose cette obligation de finesse en périphérie, mais donne seulement des notions de changement différent d'épaisseur, de largeur, surface, d 'inclinaison, etc...par endroits.
Il est vrai que tous ces termes se chevauchent dans la compréhension, la définition, mais le biseautage, le parage se marient et définissent la même action. 

                                            

La refente, on peut refendre un cuir sur toute sa surface dans son épaisseur pour aller vers une épaisseur déterminée. D'une manière localisée réduite, sangle, lanière, bride, etc...


Il existe deux sortes de parages, un qui correspond un peu à une refente, 
Le parage en plein à mi épaisseur de la partie. Permet d' égaliser un cuir, de trouver la bonne épaisseur recherchée, pour différents travaux fins de maroquinerie, sellerie, bagagerie, pour la souplesse, la légèreté.
Le parage à fleur, de la pleine épaisseur, on descend jusqu' à la fleur, aussi fin qu'une feuille de papier à cigarette.


A noter que d'une manière générale, toutes ces opérations de parage, se font côté chair, en allant vers la fleur pour un parage, un aminci parfait.
Dans de très rares exemples, il peut est intéressant de faire l'inverse, surtout pour des problèmes de bonne tenue au collage. Sans pouvoir parvenir à cause des fibre du cuir à un parage parfait en périphérie.
Les particules qui dépassent peuvent être brûlées à la flamme d'un briquet. Attention avec cette action à un durcissement léger, qui peut être cependant recherché.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2010/08/dans-la-serie-pieces-aujourdhui-aux.html
Ce biseautage, sur les bords uniquement, comprend quatre grandes manières dans la gamme des parages.
Comment parer.
Rectiligne :
C'est le parage plat en biseau utilisé par le cordonnier bottier à tous les instants, pour toutes les opérations principales. Pièces, jonction sans sur épaisseur, pour la prise des coutures, etc... La pareuse brocheuse accède au même parage pour les queues de semelles, les bouts, etc...
Il peut être plus ou moins large, selon les travaux à effectuer. Il ira selon qu'il sert au
piquage de 6 / 10 mmm, 
Repliage,approximativement deux fois la largeur du retour en finition, 10 / 14 mm.




En goutte de suif ou concave.
Ce parage est utilisé  par toutes les professions du cuir, cordonnier, bottier, bourrelier, sellier, sellier maroquinier,  maroquinier,  pour le repliage en général des bords, quand il prépare au rembordage



En pince.
Il est utilisé comme le parage concave par les mêmes professions, il à pour but principal de dissimuler les tranches des rembords d'assemblage.




En plis.
Il est utilisé par toutes les professions du cuir pour faciliter le repliage, l'articulation d'une pièce, d'une partie, dos de porte monnaie, d'une serviette, etc...d'un rabat en général.
Il n'est pas facile à réaliser, on pourra se servir d' une rainette au quelle on aura enlevé son système de réglage, de la ponceuse du banc de finissage, en finition en rond derrière le couteau à pied, le tranchet, etc...











                                 ____________________________________________
         
Parer avec quoi.
Les outils.
Ils peuvent couper comme parer, mais certains comme le tranchet fera de par son affûtage ( émouture chisel ) comme beaucoup d' outils au tranchant que d'un seul côté, une coupe déviée.
Ceux avec un affutage traditionnel de chaque côté, feront une coupe droite, pour une refente, mais auront des difficultés à parer correctement.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2011/05/brochage-finition-parfaits-en-dehors-en.html
La pierre à affûter :
Je la cite pour mémoire, car sans elle il est bien difficile de faire un parage parfait.


                                                          

Le tranchet, émouture chisel, est l'outil principal de coupe du cordonnier. Il permet la parage de tous les matériaux, peausseries, mais cuir / croupon, caoutchouc.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2009/08/le-tranchet-son-affutage-et-les.html



                                     
Couteau à parer :
Le Tandy, s'utilise comme le tranchet, au " manche " droit, sa partie de coupe courbe, accessoire à lames interchangeables, comme le rasoir mécanique, certains rasoirs couteaux, il est en tôle repliée, ne sert que pour le parage des peausserie. 
Il est à mon avis réservé à la vente pour les amateurs à la réalisation de leurs passions, les relieurs, etc..
Il évite le gros problème de l'affûtage en général maintenant. Trouver un professionnel qui affûte l'outillage professionnel selon les désirs, quelquefois particuliers de ces derniers, n'est pas chose aisée.
Le passionné avec le changement en quelques secondes pour une lame neuve trouve instantanément le tranchant rasoir.












Le couteau à pied :
Emouture normale, sert aux selliers et aux bourreliers. De part sa forme désigné également comme couteau demie lune. certains s' en servent pour la coupe.
Il permet un parage dit en " goutte de suif " de parer en poussant en oblique, ce couteau et cette manière de faire permettent d'exécuter un parage creux aux rebords parfaits. 



                                                    


Couteau à parer droit :
Emouture normale, sert aux maroquiniers, selliers, selliers maroquiniers. Sert " une sorte de refente " pour mettre à la bonne épaisseur, brides, sangles, lanières, etc... 


Couteau à parer oblique :
A noter qu'il existe une autre sorte de couteau à parer à l'émouture chisel en biais, de forme arrondie pour parer en poussant avec la paume de la main.
Ce couteau prendrait comme appellation également Doloire, que je n'ai jamais entendu employer, il servirait pour le bois.
L'usage de ces couteaux à parer est " inconnu " aux cordonnier et bottiers qui se servent uniquement du tranchet. je subodore que les autres professions du cuir, ont recours également à cet outil de coupe merveilleux, un des piliers de l'atelier ancien et moderne.


Pareuse, pareuse brocheuse.
Essentiellement des semelles, des bouts en cuir, caoutchouc, pour l' aminci des queue de semelle pour une jonction parfaite avec l'ancien support.
Des bandes de cuir, caoutchouc en redresses, couche point, etc...




                                                     


Le banc de finissage.
Il  peut servir très utilement pour amincir, égaliser, surfacer, enlever particules, fibres, etc...



                                                 



                                                               
                                                 ____________________________________
Parer pourquoi.
Je pense que l'artisan pratique le parage systématiquement comme on lui à appris, naturellement sans se rappeler toutes les raisons, les obligations importantes, nombreuses, nécessaires de cette action.
Même si une autre raison existe en premier, douleur, amorce de rupture, faisabilité, facilité, etc... conjointement l'esthétique fait partie de cette raisons, car beaucoup s'enchevêtrent dans ces obligations.

Devant certaines pièces très petites les doigts sont inefficaces trop gros pour une bonne tenue. On s'aidera d'un outil, tournevis, etc...






Douleurs. 
Pour les pièces intérieures, les talonnettes, demies, trois quart de premières de propreté, glissoires.
En industrie, artisanat, toutes les parties sont parées, amincies avant le montage sur forme.
En industrie, ces oublis, ces gain de temps et de coût provoquent des douleurs rapidement à la marche. Nous sommes souvent sollicités dans ce domaine.
Ces sur épaisseurs douloureuses sont également inesthétiques.




                                                        


Esthétique.
Avec les pièces intérieures, prises en sandwich, toutes actions intercalaires, sans parage, provoquent une marque visible de l'extérieur.
On ne conçoit pas une queue de semelles, des patins, des bouts etc...à bord franc..








Tenue. 
Meilleure avec le parage de la fleur pour les pièces collées en applique en meilleure tenue sur une chair que sur une fleur. Une sorte de cardage en quelque sorte.
Ainsi que celle des repliages.


          


         


Solidité. queue de semelle, bouts. etc...Toutes parties non amincie se décollera plus facilement à la traction de la marche ou autre.







Raccord sans sur épaisseur inesthétiques en premier, douloureuses en second ( ou vice versa ) Un biseautage peut être pratiquer pour amener la tranche épaisse d'une partie, à la même épaisseur qu'une autre plus mince, pour un jointage sur les tranches  sans recouvrement par une piqûre en zig zag.


                                                          


                                                          

Pour les raccord de brides, sangles, lanières, etc...


                                                         


Facilité, faisabilité,
Dans beaucoup de domaine de repliage des bords ou de parties. Ceintures, ceinturons, rabat de porte document, porte monnaie. De glissoires selon leur mode de pose en partie haute.
Le cordonnier moderne souvent ne connaît qu' une manière de pose et de couture à bord franc. En réalité il en existe cinq de poses et de coutures différentes.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2010/04/refaire-les-glissoires.html

                                                 
                                  
                                                           
                           
                                                          


                                                         


facilité à la couture. machine, manuelle. Des couture arrières des quartiers, cousus en jointage simple, puis retournés. ( jointage simple, jointure ouverte )








                                                                        
Eviter, contourner, s'abstenir, pour les pièces intérieures, prises en sandwich, toutes actions intercalaires, une amorce de rupture. Toutes pièces doit être martelées pour le meilleur collage, non amincie un coup de marteau trop ou mal appliqué sa bordure franche coupera le support.
                                            
                                           ____________________________________


Parer sur quoi.


                                   


Pour que le travail soit exécuté le plus parfaitement, le plus esthétiquement possible, il faut travailler sur une surface, plane, lisse, dure, la moins sensible aux agressions, propre.
On comprend facilement qu'un support, strié, bosselé, provoquera, creux, bosses, manques, sur la partie à parer.
Les supports les meilleurs sont une plaque de verre, de marbre, d'acier, carrreau de faience,  Une plaque de verre épais sera à mon avis le meilleur support, l'idéal par rapport aux autres qui peuvent s'altérer, se marquer s'eroder, etc...
Parer étant une chose, la découpe et la coupe, une autre.




Dans le temps le parage s' effectuait quelque fois sur des planches en bois très dur et compact, sans que ce soit pour moi l'idéal.
Le cordonnier, l'artisan en général selon sa position travaillera debout, le support à plat,
Assis, le support incliné posé sur ses genoux, à mi cuisse et sur sa poitrine.
http://tictac-cordonnier.blogspot.com/2011/03/position-de-travail-du-cordonnier-du.html
                                   
Il évitera par facilité l'encollage des pièces préparées, sur le support, qui amène sur épaisseurs, inégalités, rugosités, très difficiles à enlever sans les dissolvants, acétone, etc...dont l'usage est à éviter le plus possible.  Se servira d'une planche prévue spécialement à cet usage, ou d'un papier, journal, carton, jeté après quelques, ou chaque utilisation





Comme toujours, j'ai fait des erreurs des oublis, que l'on veuille bien me les pardonner.
Très amicalement,
Tictac

4 commentaires:

  1. Bonjour tictac,

    est-ce que le tranchet est suffisant pour découper du cuir entre 1mm et 5 mm ?

    Merci !

    Carlos

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    j'ai fait un sujet, " la pré découpe, poste important dans la cordonnerie " qui pourrait peut être vous donner quelques éléments.
    A votre demande, je vais répondre oui sans hésiter. par contre tout dépend de ce que l'on entend par découper. Et de quel cuir il s'agit, peausserie, collet ou croupon.
    Si la découpe est droite, faite pour un affichage avec ensuite un brochage et une finition, ou pour une finition parfaite immédiate. Dans le dernier cas elle est normalement droite ( parallèle ), le tranchet à mon avis n'est pas le bon outil pour ce genre de découpe, son émouture chisel en oblique d'un seul côté, déporte le coupe, j'en parle dans deux autres sujets " te tranchet, son affutage et ses phases d'utilisation " Brochages, finitions, parfaits dehors en dedans " en lien dans ce message.
    A savoir que en industrie, les découpes sont essentiellement faite à l'emporte pièce, à la presse.
    En espérant avoir répondu un peu à votre attente.
    Toujours à votre disposition, très amicalement

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Je suis tombée sur votre blog en faisant des recherches pour des modifications de sandales. Je ne sais pas si vous avez deja fait un sujet la dessus, mais sauriez-vous sil est possible de "resserrer" une lanière de sandale qui tient l'avant du pied? En effet les chaussures dont je parle n'ont que deux attaches, une à l'avant, l'autre au niveau de la cheville, et celle de l'avant est un peu large pour mes pieds tres fins.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Milla,
    J'ai fait un sujet sur la fabrication des sandales,
    " La sandale artisanale, ou la sandale gréco romaine "
    Il est toujours possible de resserrer une ou plusieurs brides des sandales, qu'elles soient d'industrie, ou d'artisanat.
    Mais à l'inverse lorsqu'elles sont trop serrées, de les mettre à la mesure du pied, très facilement.
    très amicalement.

    RépondreSupprimer